logo


Dimanche 24 mai : « Père, glorifie ton Fils » (Jean 17,1b-11a)

Dernier dimanche avant la Pentecôte, dernier dimanche sans messe dans les églises (?)
Jésus nous donne dans ce beau passage le principal : il prie pour nous. Souvent, on dit ça à des gens mais le fait-on ? De la part de Jésus, nous sommes bien sûrs que cette prière est réelle, profonde, en absolue communion avec son Père. Jésus nous porte dans la prière. Il soutient toute notre vie, tous nos efforts, la communauté que nous formons.
Et il y a avant, dans notre passage,ce terme de « glorifier » qui apparaît. « je t’ai glorifié sur la terre, glorifie-moi auprès de toi ».
Glorifier, un terme un peu obscur. La Gloire, c’est ce qui a du poids (étymologiquement), ce qui a de la valeur comme les métaux précieux. Jésus est ainsi notre valeur la plus précieuse : il l’a montré par ses œuvres, ses paroles, sa vie donnée. Il nous a aussi montré que le lien avec Dieu comme avec un Père est aussi la chose la plus précieuse de notre vie, ce Père qui est à l’origine de toute vie et vers qui nous irons au terme de nos jours sur terre.
Voilà donc les dernières paroles de Jésus avant de sortir pour aller prier encore au jardin des oliviers… et de se dessaisir de sa vie. Parallèlement, dans la première lecture, on voit les apôtres, Marie et quelques autres qui prient.
C’est que le flambeau nous est transmis : celui de porter la prière au nom du monde comme Jésus l’a fait. C’est pourquoi notre mission de chrétiens, nos célébrations, sont essentielles. Elles ne prétendent pas « agir » au sens de tout ce qu’on peut faire, mais elles disent cette remise de nous-mêmes, cette intercession pour les autres sans lesquels tout ne serait que factuel, sec et activiste.
C’est notre acte de foi, étonnement reconnu par le Conseil d’Etat lundi dernier, que nos cultes sont essentiels et ne peuvent être réduits à une simple distraction culturelle. Alléluia, reste avec nous Seigneur Jésus !